Formation “Améliorer et sécuriser la qualité des laits de chèvre et de brebis laitières”

Le CGA de Lorraine organis les lundi 7 et mardi 8 mars 2016, une formation à Thaon les Vosges, sur le thème : “Améliorer et sécuriser la qualité des laits de chèvre et de brebis laitières”, avec l’intervention d’Hubert Hiron, vétérinaire au GIE zone Verte (ancien éleveur et fromager, spécialisé dans la production laitière, fait des suivis individuels et organise des formations pour les éleveurs de brebis laitières et de chèvres bios ).

=>Au programme : 
Étude des paramètres entrant dans la composition du lait, en effectuant le parcours du sol à la mamelle et de la mamelle au tank
Focus sur :
- Conduite et rationnement du troupeau, l’eau d’abreuvement. Aspects alimentaires : quels aliments pour un fromage (choix des fourrages, choix des concentrés).
- La gestion du bâtiment (couchage, aires d’exercice).
- Produire du lait fromageable : repérer dans le troupeau les animaux déficients et les animaux produisant le lait le plus intéressant.
- L’élevage des jeunes : comment le mener pour obtenir l’animal le plus performant en lactation. Suivi des objectifs de croissance des jeunes
- La traite : Lipolyse, flores indésirables, ensemencements involontaires dans le lait, traumatismes du lait. (l’eau technique, l’entretien de la machine à traire)
- Soins aux mamelles, mammites, cellules
- Les précautions de stockage (plusieurs traites) et transvasement pour livraison

Télécharger la plaquette de formation

Réussir l’élevage des chevrettes

Le conseil de saison d’Yves Lefrileux, de la station expérimentale du Pradel pour avoir de belles chevrettes et préparer les futures laitières.

« Pour veiller aux bonnes conditions de logement des chevrettes, un chargement maximum de quatre chevreaux par mètre carré est recommandé dans les premières semaines, puis trois par mètre carré jusqu’au sevrage. Dès la naissance il faut procéder rapidement à la désinfection du cordon ombilical par trempage abondant. C’est également le moment d’identifier les chevrettes, et de les inspecter pour vérifier l’absence de trayons supplémentaires, de tares (animaux béguës) et exclure ces individus du renouvellement. De même les animaux dont le poids à la naissance est inférieur à 2,5 kg auront un développement très aléatoire et ne sont pas à garder. La prise de colostrum est déterminante pour l’acquisition de l’immunité. Pour limiter la transmission des infections virales types Caev, il est conseillé de le thermiser en le maintenant à 56 °C pendant une heure.

200 GRAMMES DE GMQ DE LA NAISSANCE AU SEVRAGE

Pendant la phase lactée, l’objectif est d’atteindre 200 g de GMQ de la naissance au sevrage. Pour cela, les aliments d’allaitement doivent être riches en protéines (22 %). Le respect d’une concentration vraie de 150 grammes de poudre par litre de buvée garantit une bonne ingestion et la couverture des besoins des animaux. Les aliments à 0 % de poudre de lait écrémé, moins chers, permettent d’obtenir de bons résultats de croissance. Très digestibles et rapidement assimilés, ils sont plus adaptésv à l’allaitement à la louve, qui étale l’ingestion sur toute la journée. En l’absence de louve, préférer les multi-biberons aux gouttières, avec plus de tétines que de chevreaux pour limiter la concurrence entre individus. Il faut aussi veiller à préparer les chevrettes au sevrage, qui intervient vers 12-14 kilos à un âge de 40 à 50 jours. Pour cela elles devront avoir à disposition, dès 10 jours, des fourrages de très bonne qualité afin de commencer à développer leur rumen, ainsi que de l’eau propre à volonté. Il faut aussi commencer à leur donner des concentrés adaptés, riches en protéines, afin de développer leur consommation. Elles devront avoir atteint une consommation minimum de 50 grammes par jour au sevrage. »

Pour en savoir plus, des fiches sont disponibles sur le site du Pep caprin Rhône-Alpes.

Article paru dans la Revue La Chèvre - 17 janvier 2016 à 08h00 | Par A. Villette

Fiches techniques – Machine à traire

L’Institut de l’élevage vient d’éditer 2 fiches techniques avec pour objectif une meilleure compréhension de la machine à traire et de son fonctionnement.

Fiche Machine à Traire : Le fonctionnement de l’installation de traite peut apparaître complexe. Cette fiche en résume les bases et présente les différentes composantes de la machine au sein d’un schéma général.

Fiche Faisceaux Trayeurs : Les faisceaux trayeurs utilisés en caprins présentent une grande diversité de configurations possibles. Cette fiche détaille les différentes composantes et apporte des éléments pour bien les utiliser et les entretenir.

Formation GDS “Eleveur Infirmier de ses chèvres”

Formation GDS « Eleveur Infirmier de ses chèvres » le jeudi 21 janvier 2016 – Hôtel IBIS de Brabois – 2 allée de Bourgogne – Vandoeuvre les Nancy, avec le Docteur vétérinaire Mme Laure MALHERBE-DULUC, vétérinaire au GDS 37 et formatrice auprès des éleveurs caprins.

La journée de formation se déroulera de 9h30 à 17h30 avec le matin la théorie en salle et l’après-midi en ferme.

Télécharger l’invitation

Capture

Voici le contenu prévu :

Le matin : Repérer un animal malade et gestion préventive du troupeau.
- Repérer un animal malade : les gestes de base pour établir un pré-diagnostic permettant de différencier les cas simples des caprins malades, des cas les plus graves où il faut rapidement faire appel au vétérinaire.
- Les symptômes et les interventions.
- Les médicaments et leurs utilisations.
- La réglementation sur la délivrance des médicaments.
- Sensibilisation à l’antibiorésistance et à la réduction de l’utilisation des produits de soins vétérinaires
- Les maladies des chèvres réglementées et non réglementées
- Gestion préventive du troupeau (recommandations générales, conditions d’ambiance, hygiène de la traite, soins aux jeunes)

L’après-midi en ferme : Examen de la chèvre malade. Bonne utilisation du médicament.
- Observation du troupeau et échanges sur sa conduite,
- Réalisation de l’examen de la chèvre malade (Examen à distance, prise de température, examen des matière, examen de l’appareil reproducteur (testicules, vulve) et de l’urine, examen de la mamelle, examen du flanc et du thorax, examen de la tête),
- Visite de la pharmacie d’élevage (produits et utilisation, rangement, obligation réglementaires, etc.)
- Les gestes de soins sur les animaux (démonstration d’une injection, prise de sang, etc.)
- Observation de l’ambiance des bâtiments d’élevage

Pour plus de renseignements, contacter Claire Dargent <claire@gds54.com>

Aides caprines 2016

La campagne de déclaration des demandes d’aides aux ovins (AO) et/ou aux caprins (AC) débutera dès le début janvier 2016 jusqu’au 1er février 2016 au plus tard (date de réception des demandes à la DDT). La période de détention obligatoire (PDO) s’étend du 2 février jusqu’au 11 mai inclus.

L’aide de base s’élève à 14,95 € par animal primé. S’y ajoutent 3 € de majoration pour les éleveurs adhérents au code mutuel de bonnes pratiques en élevage caprin (CMBPEC) ou ayant suivi la formation au guide des bonnes pratiques d’hygiène (GBPH).

 Il est possible de télédéclarer les demandes d’aides AO et AC jusqu’au 1er février 2016 sur le site «TelePAC» : www.telepac.agriculture.gouv.fr
Documents à télécharger : 

Plateforme phyto-aromathérapie

Le Syndicat Caprin de la Drôme a mis en place une plateforme en ligne visant à développer les références en phytothérapie et aromathérapie animale et à créer un réseau d’échanges entre éleveurs.

Des fiches techniques sur quelques Huiles Essentielles et des plantes ainsi que des fiches “Maladies” sont déjà disponibles sur la plateforme : http://www.scaprin26.com/phytotherapie-accueil

Capture