Foire Internationale de Nancy (54)

Pour sa 82ème édition, la Foire internationale de Nancy revient au Parc des Expositions du 27 mai au 6 juin 2016. Cette année, la Foire internationale met le cap sur CUBA avec une exposition évènement-inédite qui se tiendra durant toute la Foire. Les visiteurs pourront également profiter de nombreuses animations et de concerts !

Une mini ferme sera installée dans le hall D. C’est l’occasion pour le jeune public d’être en contact direct avec les animaux d’une ferme pédagogique lorraine, de les caresser, les toucher mais également de découvrir les races locales (Chèvres de Lorraine), le cheval et l’équitation sur une piste aménagée, à travers différentes animations : pansage, pony game, voltige… le tout encadré par des éducateurs professionnels.
Dans cet espace ludique et interactif petits et grands pourront également se mesurer entre eux grâce à des jeux d’antan mêlant stratégie, patience et adresse.

Plus d’informations sur le site : http://www.foireinternationale-nancy.com/

Mémento : bien être animal

La prise en compte du bien être animal est encouragée dans tous les référentiels de formation agricole qui relèvent de la production et de l’élevage d’animaux domestiques, ou de l’utilisation d’animaux de laboratoire. Elle concerne tout particulièrement les enseignants de zootechnie, de biologie-écologie, des sciences et techniques des équipements d’élevage, de philosophie ou de lettres. Il existe peu d’ouvrages de vulgarisation offrant une vision synthétique du concept sensible, polémique et complexe du bien-être animal. Ce mémento tente de faire un état des lieux des connaissances, des réflexions et éventuellement des controverses dont celui-ci relève. Il se veut aider les enseignants qui ont en charge des publics d’apprenants éleveurs, futurs éleveurs ou futurs techniciens d’élevage. Lire la suite sur le site de l’Idele

Télécharger le Mémento BEA

Soutenez l’association FERME

FERME est l’acronyme de : Fédération pour promouvoir l’Elevage des Races domestiques MEnacées; c’est une association loi 1901 céée en 1990. Son but est :“la sauvegarde des races domestiques rares, considérées comme patrimoine socio-économique et réserve génétique. Elle passe par la promotion de leurs aptitudes et tous les autres moyens ou voies de droit”.

Le dynamisme de cette association a permis et permet encore la sauvegarde et la préservation de nombreuse races en France. Aujourd’hui l’association FERME recherche des bénévoles pour aider à faire connaitre et développer nos races locales d’animaux de ferme.

Alors si vous avez un peu de temps et que vous vous sentez concernés par cette thématique, contactez sa présidente Agathe Pothin, en cliquant ici

Site de FERME ici, actualités 

Merci de votre aide!

Boucs à vendre ou échanger

Nous avons à vendre ou échanger deux petits boucs (père famille CLEM LE GRIS,  67 % Lorrain, mères typées lorraine mais pas encore inscrites). Ils sont nés les 2 et 5 mars 2016, sont en pleine forme et pèsent 15 et 17 kg. Élevés sous la mère puis au biberon, ils devraient être sevrés très rapidement, n’hésitez pas à nous contacter pour plus d’information.

Contact : Julien durier – 06 84 57 10 05 <juliendurier@hotmail.com> et Gwenaëlle BOUYE 06 88 26 10 41 <bouye.gwenaelle@gmail.com>

1

Fromages fermiers : la rentabilité analysée

Une étude passe en revue cinq circuits de vente de fromages caprins et ovins produits par 24 fermes.

La rentabilité des circuits commerciaux de 24 exploitations fromagères fermières caprines et ovines de Provence-Alpes-Côte-D’azur a été passée au crible en 2013 et 2014. Les résultats de ce suivi, réalisé dans le cadre des réseaux d’élevage, sont tombés fin 2015. « Ils fournissent des outils d’aide à la décision aux producteurs fermiers », annonce Vincent Enjalbert, chargé de mission filière fromagère fermière à la Maison régionale de l’élevage (MRE). Les données de l’étude peuvent aussi se révéler utiles aux candidats à l’installation. Cinq circuits ont été passés en revue : les marchés, les tournées, les expéditions (vente à un intermédiaire), les magasins de producteurs et les AMAP. 

Capture

Données issues de : La France Agricole – N°3638 – 8 avril 2016 – p26: Le tour des régions

Journées VARAPE dans le Vercors : les 1er et 2 juin 2016

A la suite du projet VARAPE (Valorisation des Races à Petits Effectifs – voir www.varape.idele.fr ) qui s’est clôturé fin 2014, l’institut de l’élevage a le plaisir de vous inviter aux premières journées d’échanges « post-projet », qui se tiendront dans le Vercors les 1er et 2 juin 2016.

La formule reste la même : des visites, des échanges d’expérience entre acteurs de races locales, un repas convivial à base de vos produits régionaux… et un peu de travaux de groupe pour continuer à avancer sur le thème de la valorisation des races à petits effectifs. Le programme de la journée est disponible ICI.

N’hésitez pas à transmettre l’invitation aux éleveurs, partenaires ou toute personne intéressée par le sujet !

Contact : Lucie MARKEY – lucie.markey@idele.fr - 05 61 75 44 59

Recherche : bouc lorrain

Nelly FEUEURSTEIN recherche un bouc lorrain, à acheter, éventuellement à échanger contre le sien ou encore en  prêt. Bouc né en 2015, très gentil, ne peut  être gardé pour cause de consanguinité avec ses chevrettes . Située Haute -Saône, possibilité déplacement si ce n’est pas à l’autre bout de la France.

Contact :0678772631 ou par mail slimadin@yahoo.fr

Fromagora 2016 – Concours national de fromages de chèvre fermiers

Fin juin, la ville de Paray-le-Monial, au sud de la Bourgogne, accueille Fromagora (concours de fromages fermiers)

Le 24 et 25 juin 2016, la Fédération Nationale des Éleveurs de Chèvres (FNEC) et l’Organisme de Défense et de Gestion de l’Appellation d’Origine Protégée Fromage Charolais organiseront le 31ème  Concours National des Fromages de Chèvres Fermiers, Fromagora, à Paray-le-Monial en Saône-et-Loire en partenariat avec l’Association Nationale Interprofessionnelle Caprine (ANICAP), les chevriers Bourguignons ainsi que le Centre Fromager de Bourgogne et la Chambre d’agriculture de Saône et Loire.

Ce concours sera ouvert à tout producteur de fromages fermier pur chèvre sous signe de qualité et d’origine ou non.

Le programme de la manifestation

VENDREDI 24 JUIN
  • 10H concours national des fromages fermiers caprins, pur chèvre, ouvert à tous les producteurs de fromages fermiers
  • 13H déjeuner
  • 14H30  conférences  techniques  et  débats  sur  l’avenir  de  la  production fermière
  • 17H30 visite guidée de Paray-le-Monial et présentation de la région
  • 19H30 résultats du concours
  • 20H intronisations
  • 20H30 dîner commenté autour de l’Appellation d’Origine Protégée Bœuf de Charolles

MAIS AUSSI, TOUTE LA JOURNÉE ! 
Animations grand public : stands, présentation d’animaux, dégustations,…

SAMEDI 25 JUIN
  • 9H30-12H30 visites d’élevages, de fromageries, et découverte du pays Charolais-Brionnais

CONCOURS DE FROMAGES PUR CHÈVRE

Ce concours national est ouvert à TOUS les producteurs de fromages de chèvres fermiers. Un jury composé de crémiers, fromagers et restaurateurs examinera les fromages candidats, selon différentes catégories.

Les résultats seront donnés le vendredi 24 juin au soir.
Renseignements et inscriptions : sur le site, dans les espaces producteurs et espaces jurés.

Retour médiatique du Salon de l’Agriculture !

Les 2 chevrettes Lorraines présentes au Salon de l’Agriculture à Paris ont retrouvé leur foyer, dans le nord meusien chez Laurent JUBERT, le temps maintenant de faire un retour sur leur passage remarqué à Paris..

Des stars du petit écran ! Avec 2 reportages autour des races locales :

  • L’émission Midi en France diffusée sur France 3 le 1er mars. A revoir en cliquant ici
  • L’émission les Animaux de la 8 diffusé sur D8 le 6 mars nous parle des races de chèvres présentes au Salon. A revoir en cliquant ici. (Passage sur les chèvres dès 20’43)

Un grand merci à Laurent JUBERT pour le prêt des chèvres, à Marie FISCHER pour la participation sur le stand et à Capgènes et aux autres associations de races !

Source photos : Ass. Amis Chèvre de Lorraine – G. Blanchon/Cniel – A. Villette – Anicap

Retour sur la formation GDS – Article paru dans la presse agricole

Se former avec le GDS pour devenir éleveur infirmier de ses chèvres

Le 21 janvier dernier s’est tenue la première journée de formation à destination des éleveurs de caprins organisée par les GDS de Lorraine. 17 éleveurs étaient présents à cette journée attendue et riche en échanges.

 « Cela fait quelques temps que l’idée d’une formation à destination des éleveurs de chèvres germait dans nos esprits, mais cela s’est concrétisé suite à une réunion sanitaire réalisée à l’automne où nous avons échangé directement avec des producteurs » indique Claire Dargent, responsable des formations pour les GDS. « En effet, les éleveurs de caprins nous on faire part d’un réel besoin de journée technique car, dans notre région qui ne compte que très peu de producteurs, l’accompagnement et les personnes ressources sont quasi inexistants. Pour soigner leurs animaux, les éleveurs appliquent l’automédication, s’appellent entre eux ou apprennent de leurs erreurs, mais ne font appel au vétérinaire qu’en dernier recours. Il nous semblait donc nécessaire de répondre à ces attentes en faisant intervenir un vétérinaire spécialiste de la production caprine, le Dr Laure Malherbe-Duluc, vétérinaire du GDS d’Indre-et-Loire  ».

1

Photo : Ville de Nancy

Pour cette première session, la thématique choisie était : « éleveur infirmier de ses chèvres ». Au même titre que les formations bovines débutées en 2004, l’approche initiale de cette journée était de poser les bases d’un bon examen de la chèvre malade afin d’apporter les soins adaptés. « Examiner – Décider – Agir » était la trame présentée par l’intervenante.

  • Examiner : acquisition de savoir-faire, récolte méthodologique des symptômes
  • Décider : outils de pré-diagnostic, repérage des symptômes d’alerte et des combinaisons de signes cliniques, et utilisation d’un arbre décisionnel et du guide sanitaire caprin
  • Agir : appel du vétérinaire pour les cas incertains ou les cas nécessitant son intervention / traitement par l’éleveur selon un protocole de soin

Le rendez-vous était à Brabois, pour une première partie théorique en salle ; puis l’après-midi était consacré à la partie pratique en ferme pour la réalisation des gestes de l’examen sur les chèvres.

La satisfaction des éleveurs recueillie en fin de journée était très bonne ! Les échanges étaient très nombreux et l’auditoire passionné. Les éleveurs ont pu profiter des conseils d’une spécialiste, et déplorent une journée trop courte ! L’esquisse d’une deuxième session se dessine déjà pour ce groupe d’éleveurs motivés. De nouveaux thèmes comme l’alimentation, le caprinage, la qualité du lait et l’hygiène de traite ou encore les médecines alternatives ont été réclamés. Les éleveurs soulignent également l’importance de se retrouver entre producteurs et d’échanger sur leurs pratiques.

2

La formation était conjointement menée par les GDS de Lorraine dans le cadre de leurs sections spécialisées « petits ruminants ». La participation à cette journée était offerte pour les éleveurs adhérents à cette section et éligibles au VIVEA. L’association « Chèvre de Lorraine » avait également été associée au projet.

Une belle journée pour cette première session de formation sanitaire caprine.

3

Favorite A vendre : 2 boucs 2015

Joseph REMILLON vends 2 boucs nés en 2015, famille MIRAGE, père ISIDOR.

  • 51085 – 80 % sang lorrain, parents classés A et B
  • 51095 – 74% sang lorrain, parents classés A

Contact : Joseph REMILLON (remillon.joseph.marie@wanadoo.fr) 06.82.33.93.05

Formation “Améliorer et sécuriser la qualité des laits de chèvre et de brebis laitières”

Le CGA de Lorraine organis les lundi 7 et mardi 8 mars 2016, une formation à Thaon les Vosges, sur le thème : “Améliorer et sécuriser la qualité des laits de chèvre et de brebis laitières”, avec l’intervention d’Hubert Hiron, vétérinaire au GIE zone Verte (ancien éleveur et fromager, spécialisé dans la production laitière, fait des suivis individuels et organise des formations pour les éleveurs de brebis laitières et de chèvres bios ).

=>Au programme : 
Étude des paramètres entrant dans la composition du lait, en effectuant le parcours du sol à la mamelle et de la mamelle au tank
Focus sur :
- Conduite et rationnement du troupeau, l’eau d’abreuvement. Aspects alimentaires : quels aliments pour un fromage (choix des fourrages, choix des concentrés).
- La gestion du bâtiment (couchage, aires d’exercice).
- Produire du lait fromageable : repérer dans le troupeau les animaux déficients et les animaux produisant le lait le plus intéressant.
- L’élevage des jeunes : comment le mener pour obtenir l’animal le plus performant en lactation. Suivi des objectifs de croissance des jeunes
- La traite : Lipolyse, flores indésirables, ensemencements involontaires dans le lait, traumatismes du lait. (l’eau technique, l’entretien de la machine à traire)
- Soins aux mamelles, mammites, cellules
- Les précautions de stockage (plusieurs traites) et transvasement pour livraison

Télécharger la plaquette de formation

Réussir l’élevage des chevrettes

Le conseil de saison d’Yves Lefrileux, de la station expérimentale du Pradel pour avoir de belles chevrettes et préparer les futures laitières.

« Pour veiller aux bonnes conditions de logement des chevrettes, un chargement maximum de quatre chevreaux par mètre carré est recommandé dans les premières semaines, puis trois par mètre carré jusqu’au sevrage. Dès la naissance il faut procéder rapidement à la désinfection du cordon ombilical par trempage abondant. C’est également le moment d’identifier les chevrettes, et de les inspecter pour vérifier l’absence de trayons supplémentaires, de tares (animaux béguës) et exclure ces individus du renouvellement. De même les animaux dont le poids à la naissance est inférieur à 2,5 kg auront un développement très aléatoire et ne sont pas à garder. La prise de colostrum est déterminante pour l’acquisition de l’immunité. Pour limiter la transmission des infections virales types Caev, il est conseillé de le thermiser en le maintenant à 56 °C pendant une heure.

200 GRAMMES DE GMQ DE LA NAISSANCE AU SEVRAGE

Pendant la phase lactée, l’objectif est d’atteindre 200 g de GMQ de la naissance au sevrage. Pour cela, les aliments d’allaitement doivent être riches en protéines (22 %). Le respect d’une concentration vraie de 150 grammes de poudre par litre de buvée garantit une bonne ingestion et la couverture des besoins des animaux. Les aliments à 0 % de poudre de lait écrémé, moins chers, permettent d’obtenir de bons résultats de croissance. Très digestibles et rapidement assimilés, ils sont plus adaptésv à l’allaitement à la louve, qui étale l’ingestion sur toute la journée. En l’absence de louve, préférer les multi-biberons aux gouttières, avec plus de tétines que de chevreaux pour limiter la concurrence entre individus. Il faut aussi veiller à préparer les chevrettes au sevrage, qui intervient vers 12-14 kilos à un âge de 40 à 50 jours. Pour cela elles devront avoir à disposition, dès 10 jours, des fourrages de très bonne qualité afin de commencer à développer leur rumen, ainsi que de l’eau propre à volonté. Il faut aussi commencer à leur donner des concentrés adaptés, riches en protéines, afin de développer leur consommation. Elles devront avoir atteint une consommation minimum de 50 grammes par jour au sevrage. »

Pour en savoir plus, des fiches sont disponibles sur le site du Pep caprin Rhône-Alpes.

Article paru dans la Revue La Chèvre - 17 janvier 2016 à 08h00 | Par A. Villette

Fiches techniques – Machine à traire

L’Institut de l’élevage vient d’éditer 2 fiches techniques avec pour objectif une meilleure compréhension de la machine à traire et de son fonctionnement.

Fiche Machine à Traire : Le fonctionnement de l’installation de traite peut apparaître complexe. Cette fiche en résume les bases et présente les différentes composantes de la machine au sein d’un schéma général.

Fiche Faisceaux Trayeurs : Les faisceaux trayeurs utilisés en caprins présentent une grande diversité de configurations possibles. Cette fiche détaille les différentes composantes et apporte des éléments pour bien les utiliser et les entretenir.

Formation GDS “Eleveur Infirmier de ses chèvres”

Formation GDS « Eleveur Infirmier de ses chèvres » le jeudi 21 janvier 2016 – Hôtel IBIS de Brabois – 2 allée de Bourgogne – Vandoeuvre les Nancy, avec le Docteur vétérinaire Mme Laure MALHERBE-DULUC, vétérinaire au GDS 37 et formatrice auprès des éleveurs caprins.

La journée de formation se déroulera de 9h30 à 17h30 avec le matin la théorie en salle et l’après-midi en ferme.

Télécharger l’invitation

Capture

Voici le contenu prévu :

Le matin : Repérer un animal malade et gestion préventive du troupeau.
- Repérer un animal malade : les gestes de base pour établir un pré-diagnostic permettant de différencier les cas simples des caprins malades, des cas les plus graves où il faut rapidement faire appel au vétérinaire.
- Les symptômes et les interventions.
- Les médicaments et leurs utilisations.
- La réglementation sur la délivrance des médicaments.
- Sensibilisation à l’antibiorésistance et à la réduction de l’utilisation des produits de soins vétérinaires
- Les maladies des chèvres réglementées et non réglementées
- Gestion préventive du troupeau (recommandations générales, conditions d’ambiance, hygiène de la traite, soins aux jeunes)

L’après-midi en ferme : Examen de la chèvre malade. Bonne utilisation du médicament.
- Observation du troupeau et échanges sur sa conduite,
- Réalisation de l’examen de la chèvre malade (Examen à distance, prise de température, examen des matière, examen de l’appareil reproducteur (testicules, vulve) et de l’urine, examen de la mamelle, examen du flanc et du thorax, examen de la tête),
- Visite de la pharmacie d’élevage (produits et utilisation, rangement, obligation réglementaires, etc.)
- Les gestes de soins sur les animaux (démonstration d’une injection, prise de sang, etc.)
- Observation de l’ambiance des bâtiments d’élevage

Pour plus de renseignements, contacter Claire Dargent <claire@gds54.com>